Indonésie·Voyage

Let’s travel to … Indonesia !

∞ Selamat siang ! ∞

Me voilà à l’autre bout du monde !

carte.jpg

Laisse moi t’expliquer un peu le contexte :

Ce que tu dois savoir c’est que je suis venu à Yogyakarta (Java, Indonésie) en tant que stagiaire/touriste (on va dire 50/50) pour un master de recherche en biosanté (de la recherche médicale en gros) que je fais en parallèle de mes études de médecine (pas de quoi s’affoler, ça correspond à un très petit volume horaire). Pour ce stage j’ai choisi d’aller en Indonésie pour m’initier à la recherche en phytothérapie telle que pratiquée ici et par la même occasion découvrir ce pays incroyable (si, si, tu vas voir…).

Ce voyage était un peu, pour moi, celui qui m’a ouvert au monde, pas que j’eu une aversion envers celui-ci avant mais c’est le premier à me faire quitter l’Europe ! Oui c’est possible d’avoir aussi peu voyagé … ^^. Mais ce temps est révolu et on ne m’arrêtera plus désormais (enfin je ne m’arrêterais plus moi-même…). J’ai par contre voyagé en France, … quand même…

Pour marquer le coup, je décide de t’emmener avec moi dans ce périple (car s’en est un) de l’autre côté du globe (enfin ça dépend où tu habites, bien sûr…). J’en profiterais pour te faire découvrir quelques beaucoup de restos végétariens/vegan/sans gluten que j’ai testé presque tous les jours dans un prochain article !

Chapitre 1 : L’avion

Tout commence dans un aéroport. Roissy Charles de Gaulle pour être exacte. Des terminaux partout, des gens des quatre coins du monde et des files de personnes sans ceintures et parfois sans chaussures qui passent dans des portiques magnétiques, sortes de portes magiques vers tous les possibles ! Je m’emballe un peu, c’est un aéroport comme un autre quoi… Il est quand même sacrément énorme ! 

aéroport.jpg

Nous arrivons 2h avant le décollage (non, je ne suis quand même pas parti toute seule…^.^), enregistrons nos bagages et apprenons, agréablement surpris, que malgré nos 3 vols différents, nos bagages seront acheminés directement à bon port et que nous n’aurons pas à nous en occuper… c’est une petite chose comme ça, mais c’est vraiment pratique en vrai !

Premier avion pour Amsterdam, notre première escale, à peine plus d’une heure de vol. Nous tentons maladroitement d’échanger quelques mondanités avec notre voisin américain (très sympa au passage), la reprise de l’anglais « pratique », c’est un peu comme le patinage, au début c’est Bambi sur la glace et après… Bref ! Le temps d’une petite collation peu appétissante et donc non entamée pour ma part et nous voilà à Amsterdam !

La durée de notre escale n’étant pas suffisante pour risquer une sortie de l’aéroport, nous nous résignons à trouver un endroit où déjeuner.IMG_3382

Nous déambulons dans les longs couloirs de l’aéroport et entrons dans un magasin de souvenirs/nourriture…dans lequel tu peux trouver des petits en-cas sans gluten (qui restent des produits assez industriels, mais enfin…). Je ne sais pas pourquoi j’étais surprise d’en voir, en réalité, le « gluten
free » est partout de nos jours…

salade

Nous sommes partis, un peu sans espoir, à la recherche d’un endroit adéquat pour manger (par là, j’entends autre chose que Starbuck et autres fast-foods…) et nous avons trouvé un « bar à salade » assez abordable où tu choisis la taille de ton assiette et tu la remplis de tout ce que tu veux (bon, le choix n’était pas non plus extraordinaire mais suffisant dirons-nous).

Après 2 ou 3 heures d’attente dans un capharnaüm de gens de toutes origines, nous prenons enfin le 2ème avion.

Le vol Amsterdam – Jakarta

Nous voilà partis pour environs 13 heures dans les nuages ! La compagnie que nous avons pris (Garuda Indonesia) est plutôt agréable et le personnel très à l’écoute, je te la recommande ! Par contre, niveau repas, c’est pas trop ça, mais c’est très certainement commun aux autres compagnies aériennes (ok, si tu voyages en business class, tu peux avoir un vrai chef et des vrais plats, mais mon budget était bien loin de tout ça… 😅). Je n’avais pas pensé à demander Végétarien avant de partir mais c’est possible au moment de la réservation du billet (idem pour végétalien, sans gluten…).

Nous sommes donc en train de nager dans les nuages…IMG_3387.JPG

Mon activité préférée : consulter la carte pour savoir au-dessus de quel pays je passe, ce qui est aussi assez frustrant, surtout la nuit où les seules choses que tu peux voir (si le temps le permet) sont les grandes villes aux lumières dorées. Et dire que je passe au dessus de tant de pays sans les voir…

Je m’égare…

Je vous passe le muffin proposé pendant la nuit, les longues heures à chercher une position confortable pour dormir et le petit dej’ le lendemain matin…123_7278.JPG

Dans la barquette : du riz (dès le matin…), j’ai réussi à échanger mon yaourt par des fruits…

Nous voilà un peu fatigués à Jakarta ! Bien loin d’un aéroport à l’européenne, on se croit dans un centre de vacances avec de petits bâtiments traditionnels (oui c’est assez dur à visualiser j’en ai conscience…). Une fois là-bas, j’échange les quelques euros que j’ai sur moi en roupies indonésiennes (1€ = 15 000 IDR environ…) et nous glanons dans des couloirs de magasins en attendant notre dernier vol.

La dernière ligne droite Jakarta – Yogyakarta

Il fait déjà bien chaud quand nous montons dans l’avion, ça nous change du petit 15 degrés de Paris que nous avons quitté la veille… Encore un truc à manger, cette fois ci dans une petite boîte en carton, étant le mois du ramadan, les gens l’emporteront pour le manger une fois la nuit tombée (c’est à dire à 18h…). Le vol dure moins d’une heure et nous atterrissons dans l’après-midi à Yogyakarta. Nous récupérons TOUS nos bagages (ouf, pas de perte…) et nous dirigeons vers la sortie. Là, attend une armée de conducteurs de taxi, ceux-ci essayant de te convaincre de monter avec eux et c’est une cacophonie de « hello, taxi ! ». Nous arrivons enfin à slalomer entre les derniers « eh, miss ! » Et nous quittons l’aéroport pour rejoindre l’arrêt de bus le plus proche.

Chapitre 2 : Se déplacer 

À partir de maintenant on ferme les yeux et on prie attend patiemment d’arriver à notre arrêt … Non, je rigole, quoi que … La compagnie de bus de Yogyakarta (Transjogja) est assez récente et propose des bus (le plus souvent) modernes, propres et climatisés. Pas de chance, celui que nous prenons nous permet de voir la route à travers le plancher et les sièges sont plus ou moins bien accrochés. Mais ça reste assez rare. Le bus est un moyen TRÈS économique pour voyager : 3 500 IDR (environs 20 centimes) le ticket, peu importe la durée et la longueur de ton trajet.

transjogja1

La deuxième option est le taxi, qui bien qu’un peu plus cher reste bien loin de nos prix français : environ 30.000 IDR pour 4 km (2€). Cependant, rares sont les conducteurs qui parlent anglais… (hormis hello miss/mister, et encore…) oui une surprise pour moi aussi…

Un peu comme la précédente, tu as la possibilité de te déplacer en taxi-moto ! Il y a des « sociétés » qui permettent ce type de trajet et aussi des motards qui se promènent avec un casque au bras et s’improvisent taxi. Pourquoi pas…il faut faire confiance… Non, je n’ai pas testé.

Si le courage t’en dit, tu peux louer un véhicule avec ou sans chauffeur, je parle de courage car personnellement, la circulation m’effraie légèrement… ^.^ Le plus souvent, les touristes qui se risquent au trafic local louent un scooter.123_7300Quand il n’y a pas trop de monde… Pour info, on roule à gauche 😉

Je ne parle pas ici des moyens moins conventionnels comme les pousse-pousse ou les calèches… on en reparlera plus tard.

Chapitre 3 : Le logement

L’organisme d’accueil m’avais bien réservé une chambre dans une guest-house mais comment dire ? … Des hôtes qui ne parlent pas un mot d’anglais, des petites bêtes (insectes et autres) qui se promènent librement, un verrou douteux et l’odeur de l’eau de la douche digne des égouts de Paris en pleine épidémie de gastro-entérite… (pardon pour l’image…). Trop peu pour moi ! Nous avons donc dormi à l’hôtel pour la première nuit le temps de trouver autre chose.wtf

Nous avons fait le reste de notre séjour avec airbnb, il y avai123_7421.JPGt beaucoup de choix pour Yogyakarta, nous avons donc réservé à chaque fois une semaine à l’avance. Vu le prix de la vie en Indonésie, inutile de préciser que cette solution était très « cheap« . Pour exemple, nous avons dormi à 2 reprises dans un Bed & Breakfast avec piscine et ménage quotidien de la chambre et salle de bain pour 14€ par nuit pour 2 personnes… vraiment cheap et ça reste plus « proche des locaux » qu’un hôtel classique. Nous avons aussi dormi chez l’habitant, très bonne expérience ! Sauf la mosquée dans la rue juste à côté… Les habitations ne sont pas autant isolées que chez nous et l’appel à la prière de 3-4 h est difficile à ignorer avec les haut-parleurs … ^.^

Chapitre 4 : Manger !

Il faut savoir qu’il est moins cher de manger au restaurant tous les jours plutôt que de se faire à manger (sauf pour les familles nombreuses éventuellement…et encore…) surtout quand tu n’a pas beaucoup d’ustensiles à disposition… En effet, tu peux largement te faire un bon resto tous les soirs sans te ruiner (en fonction de ton budget) mais pour 2 le maximum que nous ayons payé était un buffet à volonté dans un très grand hôtel plutôt luxueux : 16 € pour 2 ! En plus, un serveur a demandé au cuisinier de me refaire un plat (poulet au curry) en version végétarienne sans même que je lui demande… J’avoue j’étais choquée… mais c’était vraiment très bon. Enfin, de toute manière, je reviendrais un peu plus en détail sur les adresses que j’ai testé dans un article « découvertes culinaires » plus tard !

Voir les autres articles découvertes culinaires ici : Découvertes culinaires à PARIS ! et Découvertes culinaires à Paris ! #2

Tu peux te risquer à goûter les mets préparés sur le trottoir dans des barbecues de récup’ de ce type… à tes risques et périls…

p1010525_tomohon-resto-barbecueJe n’ai pas eu le courage, j’avoue…^.^ 

 Ce que je te conseille quand même c’est d’aller faire un tour sur un marché traditionnel où tu trouveras des fruits et légumes en tout genre (entre autres choses). Attention cependant, aujourd’hui ces pays utilisent beaucoup de produits phytosanitaires… à ma plus grande déception et importent certains produits (raisin, pommes, citron, papaye…).

Je suis allé de temps en temps au supermarché… franchement, vas voir juste pour y avoir été au moins une fois mais je te conseille ensuite de passer ton chemin. Les prix sont relativement chers pour là-bas et beaucoup des fruits et légumes sont importés et pas très bons… Par contre tu peux trouver des bâtonnets de poisson et des frites surgelées en vrac si l’envie te vient ! OUI ! (#WTF)

IMG_3400.JPGCentre commercial à Yogyakarta : le Hartono Mall ! Juste à côté des champs de bananiers et des moutons qui broutent gentiment l’herbe en toute liberté…

Chapitre 5 : S’occuper

Il existe des hôtels avec des formules all inclusive (sport, spa, restos…) et des agences qui proposent des tours tout-prêts mais clairement, je pense que ça te revient beaucoup plus cher. Si c’est ton truc, tant mieux, sache que ça existe. Si tu es plutôt comme moi, tu préféreras dormir chez l’habitant (airbnb pour ma part) et tu te renseigneras avant de partir sur les activités à faire et comment t’organiser (ou pas…). Pour Yogyakarta, je te conseille le site Yogyes qui est une source d’informations pratiques sur Yogyakarta et qui recense les activités intéressantes dans la catégorie « see & do ». Elles sont divisées en catégories : plages, lieux intéressants, lieux archéologiques, nature, art & culture, … ce qui est plutôt pratique !

De plus les locaux pourront te conseiller pour ne pas te faire avoir dans les « pièges à touristes », car en Indonésie, le touriste est riche et a donc un prix spécial pour à peu près tout…, c’est comme ça. ^.^ Nous avons la chance d’avoir rencontré un indonésien (qui parlait bien anglais) très penché nature, agriculture biologique et protection des animaux qui nous a emmené dans des endroits magnifiques dépourvus de vacanciers indonésiens. Je n’ai rien contre eux mais ils se déplacent souvent en masse et respectent très peu l’environnement (tout du moins à Yogyakarta), ce qui est assez désespérant et triste. J’y reviendrais plus tard… Mais si tu marches un tout petit peu (5 min) en dehors des zones très fréquentées, tu peux trouver des pépites. C’est comme ça que nous sommes tombé sur une plage paradisiaque totalement vide de vacanciers !

Sans titre 2.jpg

J’espère faire bientôt une vidéo plus complète avec toutes les merveilleuses choses que j’ai vu !

Quelques conseils

  • Acquérir un livre de conversation avant de partir, c’est primordial si tu ne connais pas un mot du pays dans lequel tu te rends… J’ai trouvé un Harap’s d’occasion en librairie pour 4 € donc ça vaut le coup…vraiment ! Sinon tu as encore la possibilité d’apprendre la  langue avant de partir… c’est toi qui vois. Sache que l’Indonésien est une langue plutôt simple sans aucune conjugaison, ni genre, ni pluriels :  » Moi demain manger = je mangerais  » 😉 Car quand tu te retrouves devant l’indonésien commun (qui ne parle donc pas un mot d’anglais, sauf s’il va à l’école… et encore…) tu es bien content(e) d’avoir cette aide très précieuse !
  • Se familiariser avec la monnaie locale et demander aux commerçants d’écrire ce que tu leur dois sur un papier ou une calculette (c’est beaucoup plus simple !). Savoir qu’1 € = 15 000 roupies est plutôt pratique une fois en situation. Attention aux billets, on se trompe facilement d’un zéro …
  • Ne pas se laisser avoir par le coup très inférieur de la vie sur place. Je pense ici aux supermarchés (qui sont vraiment chers pour là-bas, la plupart du temps) même si pour nous ça ne semble pas cher. A la longue, les vacances pourraient coûter plus cher que prévu, c’est bête ! Enfin, à toi de juger du budget que tu veux mettre dans tes vacances, perso, en tant qu’étudiante… bah tu vois quoi (pas d’argent, aide des parents, tout ça…).
  • Au niveau santé : on te conseillera le vaccin contre l’hépatite A et la typhoïde, éventuellement un traitement préventif contre le paludisme si tu sors des villes. Je n’ai rien pris de tout ça. Mais elle est folle, c’est quoi son problème ?! Aucun de ces vaccins n’est obligatoire et la vaccination me rebutait un peu. Je précise que je suis bien étudiante en médecine, j’en parlerais peut-être dans un article…on verra… Bref, j’ai préféré faire attention (ne pas boire l’eau du robinet, ne pas manger les mets préparés au bord de la route sauf si des locaux « dignes de confiance » te les conseille, se badigeonner de citronnelle contre les moustiques) et prendre de la phytothérapie pour faciliter l’élimination des toxiques par le foie, tout en évitant la constipation au maximum, elle empêche une bonne évacuation des toxines. Je ne te dirais pas de ne pas faire les vaccins, c’est un choix personnel, à toi d’évaluer ce que tu préfères, sachant que les vaccins en question ne sont pas remboursés…
  • Eviter la constipation ! Pour les raisons citées plus haut. Difficile dans un pays où le riz est servi matin, midi et soir (pour de vrai !) mais c’est primordial pour prévenir toutes sortes de maladies. J’essayerais de faire un article sur le sujet car c’est vraiment important. Si tu as une poche à lavement et une toute petite place dans ta valise, je te conseille de l’emmener. Sinon, ce qui peut aider : éviter le riz tous les jours, manger pas mal de fibres avec de l’huile de coco, se masser le ventre et faire de l’exercice physique.
  • Se protéger du soleil … mais pas trop ! Oui, on est sous les tropiques, oui j’ai une peau dont la teinte se rapproche du lait de coco en hiver, cependant je n’ai pas utilisé une goutte de crème solaire ! Quoi ?! Et ça veut devenir médecin … Je n’ai attrapé qu’un seul coup de soleil en 1 mois ! [La raison ? Des rochers pour nous tout seul au bord de l’océan, du sable…, on a pas vu le temps passer… (OUPS !)] Mais c’est tout ! Le reste du temps j’utilisais un foulard très léger et large sur mes épaules et mes bras, j’alternais soleil-ombre et voilà ! Je rappelle qu’une alimentation riche en fruits et légumes protège la peau des « méfaits des UV », j’ai pu observé que d’une année sur l’autre je me suis mise à bronzer alors que les seules couleurs que je prenais auparavant étaient un camaïeu de rouge rosé ! Un chapeau peut être utile si tu ne peux pas te mettre à l’ombre pendant un long moment, éventuellement des lunettes de soleil.

100_7602.JPG

J’espère ne rien oublier, j’actualiserais l’article si d’autres choses me reviennent. 😉

Mais le meilleur conseil que je peux te donner c’est de PROFITER, vraiment ! Ce n’est pas tous les jours qu’on se rend dans un pays tropical et aussi loin de chez soi, dans une culture aussi différente. Si tu en as l’occasion, échange au maximum avec les gens du coin et laisse l’enfant en toi s’émerveiller de tout car il y a de quoi, vraiment !

J’ai eu des conversations extrêmement enrichissantes avec des femmes musulmanes qui portent le voile et qui m’ont beaucoup parlé de leur religion de manière très simple et bienveillante. Je suis littéralement tombée en amour devant la puissante nature indonésienne !

Teste le tempeh ♥ (graines de soja fermentées sous forme de pavé blanc que l’on cuisine comme on veut), les indonésiens en sont très friands et ça ne coûte rien comparé à chez nous (autours de 20 € le kilo … Outch !).

sliced_tempeh

Rencontre la nature autant que tu le peux, ressource-toi auprès d’elle et fais le plein de vitamine D pour l’année sans brûler ta peau !

Dis ! Tu y es déjà allé toi, en Indonésie, ou ailleurs ? Raconte moi tes voyages autours du monde !

recommander-ce-site

∞ A la prochaine, Terima kasih ♥ ! ∞

 

 

Une réflexion au sujet de « Let’s travel to … Indonesia ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s